Michelle et Philippe Selle

Château Boujac

sl_crbst_P1040806

La couleur est intense et brillante dans le verre… Le bouquet développe ses parfums… Dès la première gorgée le nectar diffuse ses arômes complexes, vous fermez les yeux… Bienvenue à Fronton, terroir du grand Toulouse.

C’est plus précisément à Campsas, dans le très proche Tarn-et-Garonne, où nous avons rencontré Michelle et Philippe Selle, un couple de vignerons portant le flambeau d’une longue tradition familiale.

Les trente hectares du vignoble sont le fruit de trois générations, issues de l’immigration et fières du résultat.

Après avoir conduit leur vignoble en agriculture raisonnée pendant quinze ans, Michelle et Philippe se sont lancés un nouveau défi en 2008 : celui de l’agriculture biologique.

Sans titre

« La terre ne ment pas, elle promet de belles choses à ceux qui savent l’écouter. Cette phrase à elle seule résume notre passion, notre quotidien. »

« Nous avons repris le domaine en 1988. Il y avait du maïs et des fruits, nous ne faisons que du vin que depuis 1995. Nous avons participé à des groupes de lutte raisonnée où nous avons entendu un vrai discours sur le terroir et sur la vigne. Petit à petit nous sommes allé vers le bio. Le travail tel que nous le concevons, c’est une autorégulation de la vigne. »

sl_crbst_IMGP0162

« La négrette est un cépage compliqué : la grappe est très serrée ; s’il pleut, elle éclate et ça pourri très vite. Comme il n’y pas de tradition d’élevage, on essaie d’exprimer le meilleur de ce que la nature nous donne. En travaillant ainsi, nous échappons aux modes. »

« Regarder le ciel, écouter la terre, vivre au rythme de la vigne afin d’en récolter le meilleur est notre ligne de conduite. La passion de la vigne et du vin se transmet de génération en générations. Ce sont nos terres et se seront celle de nos enfants. C’est un terroir unique et précieux, c’est celui du Château Boujac. En dignes successeurs de l’âme du domaine, notre vœu le plus cher est de pouvoir en perpétuer son histoire. »

sl_crbst_DSCF7502

Le vignoble de Fronton est très ancien, puisque ce sont les Romains qui plantèrent les premiers ceps de vignes sur les terrasses dominant la vallée du Tarn. Mais c’est au XII siècle que ce vignoble prit un virage historique en accueillant alors le cépage « Négrette ».

À cette époque, les vignes étaient la propriété des Chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Ce sont eux, sur le chemin du retour d’une de leurs croisades, qui découvrirent et apportèrent de Chypre (une île très réputée pour la qualité de ses vins) un cépage local appelé le « Mavro » (Noir en grec).

photo-8

Les chevaliers implantèrent ce cépage dans leurs commanderies d’Occident, dont celle de Fronton. Au fils des ans, le Mavro devint Négrette et fut à l’origine de la typicité des vins de Fronton, seul terroir en France où ce cépage se soit parfaitement et durablement acclimaté.

sl_crbst_P1000976

Le vignoble produit des vins d’AOP de Fronton (Appellation d’Origine Protégée) :

Kélina           Insoumise           Eole           Tradition

Préférences           Terra Minima

Untitled-2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s