Coopérative CACAO NICA (Nicaragua)

Un Coopérative dans une ancienne zone de guerre

cacao-nica-ethiquable-14

Waslala est une région forestière humide et très enclavée qui a subi les méfaits des différents conflits armés. Aujourd’hui encore, l’économie paysanne y est marquée par la précarité. Pourtant la région dispose d’un potentiel pour faire de son cacao un grand cru d’exception, source d’une nouvelle valeur ajoutée. Valoriser la qualité de ce cacao est le projet de la coopérative Cacao Nica qui obtient aujourd’hui des résultats prometteurs.

Pendant la dictature des Somoza, la région forestière de Waslala sur la côte caribéenne du Nicaragua constituait un refuge pour les paysans qui fuyaient les affrontements armés. Dès la victoire des Sandiniste (FSLN) en 1979, la jeune révolution lance une réforme agraire en 1981 et une campagne pour alphabétiser 400 000 personnes. Le pouvoir nationalise les biens non productifs et les propriétés du clan Somoza.

cacao_nica_ethiquable_1

Dans la région de Waslala, les paysans bénéficient de cette réforme agraire. Les grandes haciendas sont démantelées et chaque famille reçoit en moyenne 17,5 hectares de terre. Les combats reprennent néanmoins entre les partisans du FSLN et les contras, les contre-révolutionnaires financés par les grands propriétaires opposés à la reforme agraire et le gouvernement américain. La région forestière de Waslala est alors particulièrement touchée par les violences car elle se situe à proximité du Honduras, pays voisin d’où s’organise l’armée contre-révolutionnaire.

cacao_nica-nicaragua-cacaocarte

En 1990, les Sandinistes perdent les élections dans un pays asphyxié par l’embargo américain. La chute du régime révolutionnaire se traduit par la fin du conflit armé et par la démobilisation des armées sandinistes et contras (près de 100 000 hommes). Les domaines d’État sont alors privatisés : 30 % des terres sont restituées à leurs anciens propriétaires expropriés lors des réformes agraires, 18% transférés aux démobilisées de l’armée Sandiniste, 20 % aux anciens contras et 32 % aux salariés des coopératives de travailleur. Les démobilisés reçoivent en général 10 hectares par famille. La région de Waslala, jugée trop isolée, échappera à ce processus. Les paysans conserveront leurs terres.

Le système de production des paysans de cette région est organisé autour de l’association de cultures maïs et haricots qui sont la base de l’alimentation. Elle était autrefois complétée par des caféiers, indispensables pour obtenir des revenus monétaires. Trop basse en altitude pour produire un arabica de qualité, la région de Waslala était à la marge du bassin caféier de Matagalpa et Jinotega.

De nombreux paysans situés dans des zones trop basses pour le café, à moins de 800 mètres, délaissent cette production au profit du cacao plus adapté à cette altitude.

cacao-nica-ethiquable-01

Dans le contexte de retour au calme des années 90, la coopération internationale s’implique fortement au Nicaragua, notamment dans les zones rurales, les plus touchées par la pauvreté. L’ONG allemande Promundo Humano lance à Waslala un programme de développement du cacao financé par l’Union européenne. Ce projet ne va malheureusement pas miser sur ces variétés locales qui donnent un goût spécifique au cacao, mais sur des trinitarios à hauts rendements. Les arbres sont taillés pour qu’ils restent de petite taille, afin de pouvoir réaliser une récolte manuelle rapide. En 2000, le projet de développement soutient la création de la Cooperativa de Servicios en Agroforesteria y de Comercialización de Cacao qui prend le nom usuel de coopérative Cacao Nica.

cacao-nica-ethiquable-4

Promundo Humano crée le lien entre la coopérative et une importante entreprise chocolatière allemande. Celle-ci souhaite lancer une gamme de chocolat bio et se montre très intéressée par cet approvisionnement direct au Nicaragua. A partir de 2005, ce chocolatier achète toute la production de cacao bio des 500 familles de producteurs de la coopérative Cacao Nica.

Suite à des période de crises économiques successives qui manquent de détruire le projet, doublé de l’abandon du projet de la part de la chocolaterie allemande, c’est le tour de Terra Etica d’investir dans le projet et d’assurer l’achat d’une production minimum qui permet à la coopérative, déjà lourdement endettée et sclérosée par une mauvaise gestion interne, de se relancer de bon pied.

cacao-nica-ethiquable-8

Cacao Nica a fait le choix d’une transformation primaire du cacao – fermentation et séchage – réalisée par chaque producteur à proximité des plantations ou à côté de leurs maisons. La solution d’unités de transformation plus grandes et centralisées est rapidement écartée à cause des difficultés d’accès aux communautés. En saison des pluies, au moment du pic de récolte du cacao (entre novembre à janvier), les communautés ne sont plus accessibles en camion. S’il fallait transporter le cacao frais des plantations jusqu’au bourg de Waslala, il faudrait plusieurs heures à dos de mules sur les chemins boueux.

cacao-nica-ethiquable-9

Le choix d’une transformation individuelle évite les difficultés du transport, mais oblige à mettre en place un contrôle de qualité strict de chaque sac de cacao entrant dans le magasin central de Cacao Nica. Le risque le plus important concerne un séchage défectueux ou insuffisant, ce qui arrive souvent en raison de la forte humidité ambiante et des équipements familiaux insuffisants. La transformation individuelle suppose une formation adéquate des producteurs comme des opérateurs des magasins de collecte. Dans le contexte de Waslala, la production de lots de cacao de qualité constante, avec un degré de fermentation assez homogène et un séchage adéquat, reste une difficulté majeure de la coopérative.

cacao-nica-ethiquable-17

Le nouveau conseil d’administration de la coopérative élu en septembre 2010, avec son président Rogelio Perez, mènera des changements stratégiques importants. Il a décidé de créer, dans le bourg de Waslala, un centre de transformation centralisé, équipé de bacs de fermentation en bois disposés en escalier. Bénéficiant de l’appui technique du CATIE (Centre de recherche agricole du Costa Rica), ils construisent un séchoir à air pulsé, alimenté par une chaudière au bois. Pour faire face aux difficultés de transport, la coopérative a mis en place 5 centres de collecte répartis dans la zone. Le cacao en pulpe y est rassemblé une fois par semaine. Le transport organisé par la coopérative, est effectué par camion.

cacao-nica-ethiquable-7

En 2012, la moitié de la récolte sera transformée dans cette unité centralisée, l’autre moitié étant transformée de façon individuelle par les producteurs. En 2013, les installations seront prêtes pour traiter tout le cacao de manière centralisée afin d’obtenir une maîtrise parfaite de la qualité.

Terra Etica contribue a ce changement stratégique en assurant une prime de qualité de 700 USD/tonne de cacao sec, en plus de la prime bio – 300 USD –  et de la prime de développement – 200 USD.

cacao-nica-ethiquable-16

Jusqu’à présent, Cacao Nica ne maîtrisait pas l’exportation de son cacao. Le partenariat avec Terra Etica a amené la coopérative à acquérir cette compétence. Cela a demandé la mise en place de nouvelles capacités de gestion et d’organisation. En 2012, la coopérative a développé une relation commerciale avec un nouveau client autour du cacao bio (un trader international présent au Nicaragua). Cette diversification des débouchés est salutaire et permet de limiter le risque de dépendance à un seul client.

Toute cette réflexion ont abouti à la naissance d’un véritable grand cru de 75% en teneur de cacao !

cacao-nica-ethiquable_0

Chaque famille possède environ 10 hectares de terre, dont seulement 1 à 2 hectares de cacao, seule culture qui apporte des revenus monétaires, mis à part parfois une parcelle de café dans les zones les plus hautes.  Sur ces surfaces, la production de cacao par famille est de l’ordre de 600 kg, soit 1700 dollars par an. Les autres productions sont destinées à la consommation familiale : le maïs pour les tortillas et les haricots, ces deux produits constituant la base de l’alimentation. Sur les surfaces restantes, les familles élèvent souvent quelques bovins qui permettent surtout de mobiliser du capital en cas de coup dur ou de dépense importante. L’économie paysanne de la zone reste encore fragile, mais les premiers résultats obtenus par la coopérative donnent déjà lieu à de nouvelles dynamiques au niveau des familles paysannes.

Untitled-1rehy

Miss Terre Rieuse

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA


 CÉPAGE


100% Merlot.


VINIFICATION


Grains sélectionnés et récoltés manuellement avec délicatesse. Foulée aux pieds afin de récolter en douceur les baies.

Fermentée en barrique de chêne pendant 4 semaines pour en extraire toute sa sensualité.

Pour favoriser son authenticité et sa complexité, la fermentation alcoolique ainsi que la fermentation malolactique se sont déroulées en barriques de chêne français. L’élevage évolue dans ces mêmes fûts durant 18 mois.


DÉGUSTATION


Déshabillez là avec douceur. Ôtez la cire à l’aide d’un couteau quelques heures avant et veillez à ne pas la brusquer.

Subtilement parfumée, cette Cuvée permet de retrouver des notes charnelles et sensuelles. Sa volupté est fascinante et très structurée. Ses parfums sublimeront votre repas par sa concentration de notes de fruits rouges et noirs. Les arômes persistants de ce vin suave et gourmand de cassis sont relayés par ses effluves chaleureux de torréfaction.

Ce vin est très élégant, racé et attise l’appétit.

Les vigneron – ne – s : Jenny et Gérald Massieu

eryrtjyk

Alliance Terroir

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA


 CÉPAGE


30% Cabernet Sauvignon et 70% Merlot.


VINIFICATION


Grains sélectionnés et récoltés manuellement.

L’élevage en barrique de chêne Français est de 9 mois.


DÉGUSTATION


Robe rubis, limpide et brillante. Nez finement boisé, épicé, grillé, torréfié avec de la marmelade de fruits noirs et du cassis.
Jolie bouche bien structurée sur les fruits rouges avec du gras et des tanins fondus. Longueur raffinée.
Un très beau vin subtil sur un joli fruité.
Les vigneron – ne – s : Jenny et Gérald Massieu
eryrtjyk

Jenny et Gérald Massieu

Exprimer la sincérité d’une terre d’exception.

unnamed

Nous avons rencontré Jenny et Gérald chez eux dans leur exploitation à Arbis sur les hauteurs de Cadillac en Gironde. Ils nous ont offert des vins remplis de leur amour pour la terre et la nature.

Leur vignoble de 6 hectares en agriculture biologique produit des vins de caractère grâce à leur terre dite « amoureuse » (sol argilo-calcaire) qu’ils laissent s’exprimer. La pente de leur vignoble, exposée au Sud, permet de gérer une utilisation des eaux de manière optimale. Les argiles gonflent et apportent au sol un pouvoir tampon tant au niveau hydrique que nutritif. Cette régulation naturelle conduit les vignes vers une maturité très complète et équilibrée.

unnamed(2)

 » Nous portons à notre vigne toute notre attention afin d’obtenir des raisins sains et de qualité en Agriculture Biologique.

Cette méthode est pour nous très enrichissante ; elle nous permet d’être en symbiose avec la vigne et son environnement.

Nous cherchons à aller chaque jour vers un plus grand respect de l’environnement tout en conservant une qualité de vin et surtout un rapport prix/plaisir abordable. Comme l’an dernier, le froid arrive sans crier gare…Malgré tout la vigne poursuit son cycle annuel, revêtant petit à petit ses couleurs vermeil, orange et doré. Par contre dans le chai les vins ont trop froid…. alors beaucoup de questions de l’an passé réapparaissent mais bon sang quand aurons nous le temps d’isoler ces chais ???…. Et puis tant pis à bas la technologie laissons s’exprimer notre terre, notre travail sans artifices, ni maquillage pour une si belle récolte cela devrait être possible de faire un bon vin de table…..  »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 » 2007 fut une année très importante pour nous puisque ce fut la première année de notre conversion officielle en agriculture biologique.

D’abord, nous eûmes taillé sous la neige puis plié ensuite sous un soleil de plomb. Ce fut ensuite un été maussade comme chaque vacancier le sait ... et pour nous il fût épuisant de stress, d’énergie et de commentaires négatifs de la part des journalistes et des météorologues.

Et pourtant les raisins furent au rendez-vous, beaux, épais, charnus et croquants.

unnamed(3)

Pour cela, il fallut positionner nos traitements avant chaque épisode pluvieux avec des doses homéopathiques de cuivre afin de limiter les contaminations du mildiou. Notre présence fut indispensable au coeur des vignes pour écharder afin de créer un microclimat au coeur des grappes, défavorable aux champignons  et ainsi  favoriser une bonne maturation du raisin.

Puis fin août, d’abondantes pluies (80mm en 4 jours) faillirent tout saboter à l’achèvement des travaux culturaux. Heureusement nos vignes sont implantées sur des coteaux : ce qui permit à l’eau de ruisseler de manière à pénétrer très peu dans le sol argilo-calcaire.  »

tjtuiñlygftdr6s3

 » Travailler naturellement les vignes c’est juste une évidence. Pour nous, d’abord, parce que tout simplement nous buvons le vin que nous produisons. Ensuite, parce qu’il est difficile d’aimer notre terre, d’aimer notre pays, tout en les détruisant.

Pour autant pas question de donner des leçons. Nous ne faisons pas ce que nous faisons pour faire de la politique ou pour surfer sur des vagues médiatiques, mais bien pour faire du bon vin et vous procurer un moment de liberté lors de leur dégustation.

Tous les ans après les vendanges, la satisfaction de voir le résultat de notre investissement est immense. Le travail de la vigne dure à peu près le temps d’une grossesse, c’est comme si tous les ans nous donnions naissance à un nouveau bébé !  »

tjgfuolty

Le pourquoi de cette installation en bio remonte d’ailleurs à une histoire de grossesse et d’enfant. Abel, aujourd’hui âgé de 10 ans est en fait à l’origine de l’aventure.

 » Quand notre fils est né, en 2004, et que nous travaillions avec lui dans les rangs, entourés de pesticides, nous nous sommes dit que ce n’était plus possible et nous avons alors réfléchit à un moyen de ne plus utiliser de produits chimiques pour traiter la vigne.  »

Convaincu du bienfondé du projet, en 2007 Jenny et Gérald sont entrés en contact avec le CIVAM, un réseau national qui favorise une agriculture durable.

ndghjr

 » Il faut rééduquer les palais… Faire travailler notre mémoire olfactive et laisser aller nos sens ! Il suffit de réapprendre ce que nous avons tous oublié !

Cela ne change rien à notre travail et à nos convictions: faire des vins sincères des vins qui vivent, des vins de vrais raisins, des vins pour boire, des vins pour rassembler et pour passer de beaux moments…  »

hgdfkyul

Le vignoble produit des vins d’appellation Bordeaux supérieur et Cadillac :

Alliance Terroir           Sans Sulfite           Grains nobles

L’abel cuvée           La P’tite Canaille           Miss Terre Rieuse

Cendrillon Instant féerique           Le breuvage des pitchouns

 eryrtjyk

Syrhconférence de presse

syrhconference-de-presse_3


 CÉPAGE


80 % Syrah, 20 % Grenache Noir


VINIFICATION


Vin de première et deuxième presse (verticale mécanique) entonné dans des fûts Languedociens de 5 hl juste avant la fermentation malo-lactique. 20% de fût neufs et 80% de vieux fût. Élevage « méthodique » total de 12 mois.

(Fûts en chêne français de chauffe moyenne).


DÉGUSTATION


Robe profonde aux reflets grenats. Nez puissant et complexe (violette, cassis, épices, vanille). Bouche ronde, ample et longue, belle concentration, tanins bien fondus, sensation d’équilibre et d’élégance. Le bois restant au service du fruit.
À servir avec des viandes rôties ou grillées, chocolats noir. Promesses tenues de belle garde.
Le Vigneron : Jean Baptiste Gibert
Domaine faillenc

Domaine Faillenc Sainte Marie

faillenc-saint-marie-rouge_21


 CÉPAGE


Syrah, Grenache Noir et Cinsault


VINIFICATION


Vendange égrappée. Fermentation alcoolique des divers cépages assemblés en cuves. Maîtrise de des températures de fermentation. Cuvaison longue, extraction optimum. Vin de presse douce partiellement assemblé aux coules.

Sol : terroir argilo-calcaire à dominante argile blanche mêlé de calcaire dur.


DÉGUSTATION


Robe soutenue aux reflets grenats. Nez puissant et complexe (violette, cachou, sous bois, épices). Équilibre et matière.
À boire de suite : sur le fruit, sur l’expression heureuse, pour grillades et viandes rôties, pour le plaisir.
À boire bientôt : sur la réflexion, à carafer, à oublier, à retrouver, avec toute cuisine bien faite, pour l’amitié sévère ou folle.
Le Vigneron : Jean Baptiste Gibert
Domaine faillenc

Jean Baptiste Gibert

Le berger des vignes.

10457907_1623751444516116_1768711266140872149_n

Nous avons rencontré Jean-Bastiste aux pieds des montagnes d’Alaric, dans son domaine viticole des Corbières, terres sauvages gorgées de soleil que le fleuve Aude enchâsse jusqu’aux plages du Golfe du Lion, terroir pétri d’histoire ancienne.

En témoigne des ruines romaines qui ont été dénichées dans le Domaine Faillenc Sainte Marie et qui servaient, déjà, à vinification des habitants des provinces Narbonnaises.

Plus tard un officier de retour de l’armée des Indes, lui donna son nom sous le règne de Louis XIV. Aujourd’hui, après avoir charmé et inspiré certains poètes de la fin du siècle dernier, Faillenc Sainte
Marie renoue avec son passé exceptionnel et participe modestement mais originalement au renouveau des traditions vinicoles de cette région.

languedoc-roussillon-546-1-1

Huit hectares de vignes orientés Nord et Sud composent cette modeste propriété où les vignes sont secoués par la tramontane qui souffle sur les Monts Alaric et par l’Autan, brises venant de la Méditerranée toute proche, ce qui crée un climat extrêmement sec et un paysage rempli de garrigues. De ce fait, la présence de levures est naturellement basse et son environnement fait que le raisin soit fortement marqué d’un caractère puissant et intense.

Ces terres sont l’héritage du travail de Dominique and Marie-Therese, les parents de Jean-Baptiste, qui ont su transmettre toute leur charmante personnalité, leur ravageur sens de l’humour et leur créativité au travail de la vigne. C’est Dominique lui-même, qui menait une carrière d’architecte en parallèle à son travail de vigneron, qui est à l’origine des singulières et envoutantes étiquettes des vins du domaine.

faillenc-saint-marie

Aujourd’hui, Jean Baptiste Gibert perpétue le savoir faire familial depuis maintenant plus de quinze ans. Il a fait les démarches nécessaires à l’obtention des labels en agricultures biologique et aux certifications bios européennes.

Il a également pu étendre le domaine où sont travaillés le Syrah, le Carignan, le Grenache noir et le Cinsault pour les cépages rouges. Un petit vignoble (1 hectare) est consacré aux raisins blancs: Roussanne, Macabeu, Bourboulenc et Clairette. Le terroir est principalement composé de terrasses en calcaire rocheux. Seules les vignes, les oliviers et les broussailles en bataille survivent dans ces conditions difficiles.

10426709_1623751374516123_1855902538708763905_n

Jean Baptiste s’occupe de l’ensemble du processus d’élaboration de ses vins : du travail de la terre à la vigilance toute particulière des pieds de vigne tout au long de l’année, de la vinification jusqu’à sa mise en bouteille.

« Les vignes sont comme un troupeau pour moi, je ne peux que les guider à travers certains sentiers, la nature se charge du reste. »

IMG_1634

Le vignoble produit des vins d’AOC Corbières (Appelation d’Origine Controlée) et Vin de France :

Syrhconférence de presse           Noé           Rosé des Glacières

Domaine Faillenc Sainte Marie           Escapade

Pas des louves

Domaine faillenc